Quel avenir pour l’UI Design ?

Dans un monde toujours plus digitalisé, nos écrans sont jusqu’à présent les supports privilégiés des innovations qui se multiplient. Sous l’impulsion de nouvelles technologies, certaines se meuvent tandis que d’autres se voient devenir obsolètes.

UI Design

L’UI/UX Design au service des utilisateurs

L’expansion du web au cours de la dernière décennie voit de nouveaux métiers naître et ceux qu’on appelait autrefois webdesigners deviennent UI (User Interface) et UX (User Experience) Designers. Les acteurs du numérique comprennent rapidement que l’utilisateur doit pouvoir aisément naviguer sur un site web. Les webdesigners étudient alors l’environnement dans lequel l’utilisateur est plongé : comment structurer l’information d’un site pour la rendre intuitive ? Quelles couleurs et quelles typographies utiliser ? Comment rendre la navigation facile sur tout type de navigateur ?

L’avènement des nouvelles technologies comme le smartphone ou les tablettes va peu à peu complexifier les missions des professionnels. De ce fait, l’UI Designer s’assure de l’efficacité du lien entre la machine et l’humain, grâce à des éléments perceptibles. Il optimise la qualité des contenus pour créer un objet agréable. Le travail de l’UX Designer découle d’un audit des besoins des internautes. Il s’attache à l’émotion de l’utilisateur et veille à produire un objet crédible.

Ces deux professionnels travaillent ensemble pour rendre l’expérience meilleure. Ainsi, chacun apporte des solutions relatives à leur spécialisation pour atteindre l’objectif d’un projet. Mais avant tout, ils doivent considérer l’évolution des usages numériques et s’adapter aux défis que posent les nouvelles interfaces.

Une interface qui disparaît

À la fin des années 2000, Apple adopte la tendance du flat design. On retient le minimalisme qui débarrassait nos ordinateurs de détails graphiques trop encombrants. Ce design est créé à contre-courant du skeuomorphisme, un style graphique populaire depuis les années 1980. Celui-ci prônait une expérience utilisateur facilitée par sa ressemblance au réel. Dans un contexte où l’utilisateur ne suit plus un apprentissage des outils informatiques puisqu’il naît avec, le flat design s’instaure comme une réussite de l’UI Design.

Alors que les actualités sur l’UX Design fleurissent, on remarque progressivement la raréfaction des sujets traitant de l’UI Design. A l’aube de la transparence des interfaces, où la minimalisation des objets se généralise tant en domotique que dans l’industrie automobile, survient la question de la nécessité des concepteurs à optimiser le design des interfaces. Par simple interaction vocale, l’enceinte intelligente Google nous assiste dans nos tâches du quotidien, comme faire ses courses. Les interfaces prennent de moins en moins de place, jusqu’à devenir invisibles. On minimise notre rapport aux écrans et on rend l’expérience plus intuitive et naturelle : c’est ce qu’on appelle les NUI, les interfaces utilisateur naturelles. Et si demain, nous vivions dans un monde ultra-intelligent où l’humain et la machine ne communiqueraient plus physiquement ?

Pour le moment, on constate que l’UI Design a encore quelques temps devant lui, notamment marqué par un retour du skeuomorphisme. A l’ère du digital, il est difficile de se projeter sur un objet dont l’apparence nous est inconnue et qui cristallise sur elle la crainte d’une dématérialisation de nos interactions.